La civette et le vieux buffle

07/11/2017

Régulièrement durant la saison sèche le Lodge Mwamba situé à l’Est du parc national de South Luangwa en Zambie offre sur son blog des clichés obtenue à partir d’un piège photographique fixé juste devant le point d’eau faisant face au campement.

En octobre, un animal tout à fait original s’est approché de cette marre : une civette africaine (Civettictis civetta) albinos. C’est à priori la première observation de ce type en Afrique. Cette observation est d’autant plus extraordinaire que la civette africaine est très discrète et ne s’active qu’à la tombée de la nuit. Au regard de son pelage blanc crème son albinisme ne fait aucun doute. Cette mutation génétique  touchant la production de mélanine est relativement courante chez bon nombre d’animaux que ce soit des mammifères, des oiseaux, des poissons, des amphibiens ou des reptiles.

Pourtant dans la nature, il est rare de rencontrer des animaux atteint par l’albinisme. Ils souffrent fréquemment de problèmes de vue ou de peaux. Ils sont parfois aussi rejetés dès la naissance par leur mère ou par leurs congénères. Enfin, en l’absence de camouflage sur leur pelage, ils sont des proies faciles. Cette civette semble avoir traversée toutes ces embûches, bravo à elle.

albino-civet-new-001
civette africaine albinos

La civette africaine « normale » est  facilement reconnaissable grâce à sa fourrure noire et blanche et son museau pointu. L’animal ressemble un peu à un combiné entre une mangouste et un raton laveur. La civette n’est pas considérée comme une espèce en danger, elle est classée en « Préoccupation mineure » sur la Liste rouge de l’UICN. Malgré sa relative abondance, sa large aire de répartition s’étendant du Sénégal à l’Afrique du Sud, et son adaptabilité à presque tous les environnements, l’animal est rarement observé en safari.

CIVETTE AFRICAINE
une civette normal

Ainsi l’animal fait partie du « Secret Seven » soit la liste des 7 mammifères africains les plus difficiles à photographier en safari :

– La civette (Civettictis civetta)
– La genette (Gennetta)
– Le porc-épic (Hystrix africaeaustralis)
– Le chat sauvage africain (Felis silvestris lybica)
– Le pangolin (Genus Manis)
– L’oryctérope (Orycteropus afer)
– Le ratel (Mellivora capensis)

Pour avoir une chance de voir une civette africaine, il faut pouvoir effectuer des safaris la nuit et circuler près d’une rivière. Enfin, chercher dans les zones de hautes herbes, son habitat favori. La civette s’approche parfois aussi des jardins des lodges car cet animal omnivore apprécie beaucoup les fruits.

Le parc de South Luangwa (Luangwa-sud en fr) semble un lieu idéal pour une observation. Il faut dire, ce parc est mondialement renommé pour sa densité et sa variété animale. Immense, le parc d’une surface supérieure à 9000 km2 abrite une soixantaine d’espèces de mammifères dont, entre autres, des lions (je vous parlerai bientôt de Garlic et Ginger les frères lions roux…), de très nombreux léopards,  5000 hippopotames, ainsi que 3500 éléphants. Quelques espèces rares ou endémiques peuvent aussi y être observées telle que le lycaon, le Puku, la sous espèce de girafes dite de Thornicroft, le Zèbre de Crawshay (sous espèce du zèbre de Burshell), ou encore le gnou de Cokson (sous espèce du gnou bleu).

South Luangwa comprend aussi plus de 400 espèces d’oiseaux et une riche végétation mélangeant savane et forêts. Quant aux paysages, le célèbre explorateur David Livingstone en disait qu’il ne pouvait en décrire la luxuriance…je ne m’y risquerai donc pas.

south luangwa carte globale.jpg

Les rhinocéros noirs qui étaient encore 4000 dans le parc dans les années 70′ (La vallée possédait alors la 3ème plus importantes populations de rhinos du continent) ont hélas tous été braconnés dans les années 80-90. La dernière observation d’un rhinocéros noir vivant dans South Luangwa remonte à 1996. Une réintroduction de l’espèce à partir de la petite population (environ 50 individus) du sanctuaire de North Luangwa est en projet.

South-Luangwa-secteur mfuwe-carte

La zone la plus importante pour un safari est le secteur de Mfuwe à l’Est du parc. C’est dans cette zone humide coincée dans les méandres de la rivière Luangwa (un affluent du fleuve Zambèze) que l’on trouve la majorité des campements.

Un peu d’histoire :

L’histoire du parc de South Luangwa est indissociable du célèbre écologiste Norman Carr décédé en 1997. (à ne pas confondre avec Greg Carr œuvrant actuellement à Gorongosa au Mozambique…)

La vallée de Luangwa fut classé en réserve de chasse dès 1938. Mais, en 1950 Norman Carr encouragea le chef Nsefu, alors chef suprême du peuple Kunda de la vallée de Luangwa ,à mettre de côté une partie des terres tribales comme réserve faunique. Dès 1951, il y fit construire le premier camp (Le Nsefu camp) ayant pour but l’observation de la faune et non sa chasse. Les revenus du campement étaient partagés avec le peuple Kunda.

Norman Carr fut ainsi l’un des pionniers de la conservation et de l’écotourisme communautaire telle que nous les connaissons aujourd’hui. Il inventa aussi les safaris à pieds et les safaris de nuit, activités encore aujourd’hui possible dans le parc national, chose rare en Afrique.

La Rhodésie du Nord devint la République indépendante de Zambie en 1964 et le parc fut déclaré Parc National en 1972 grâce à la volonté tenace de Norman Carr. Depuis 2003 le parc est dirigé par l’excellente l’ONG Conservation South Luangwa (CSL) en collaboration avec le Department de la faune et des parcs nationaux (DNPW) , tous revendiquant l’héritage de Carr et saluant l’homme qui a su sauver la vallée de Luangwa.

Norman Carr.jpg
Big Boy, Norman Carr et Little Boy

A l’image de Joy et George Adamson, Norman Carr réhabilita deux lions célèbres, Big boy et Little Boy. Il les a recueilli tout petit après que leur mère ait été abattue et il les éleva jusqu’à l’âge adulte avant de les relâcher à South Luangwa. Norman Carr en tira un livre, « Return to the Wild » (1962) qui fut un succès. Il écrivit d’autres livres tous portant sur son amour de la faune et de la Zambie.

Il aida aussi  l’ONG Save Rhino Trust (SRT) dès les années 70 mais malgré tous les efforts fournis, ils ne purent rien pour sauver les derniers rhinocéros noirs de Zambie. Norman Carr œuvra jusqu’à la fin de sa vie pour le développement touristique et la protection des parcs nationaux de Zambie et du Malawi.

NORMAN CARR.jpg
Norman Carr, le père des safaris photos

Norman Carr fut toute sa vie respecté par les populations locales qui le nommaient affectueusement « Kabuki » que l’on peut traduire par « Vieux Buffle« . Il fut anobli par la Reine pour l’ensemble de son oeuvre en faveur de la protection de la nature en Zambie et à sa mort eu le privilège d’être enterré dans le parc de South Luangwa.

Norman CARR 1912-1997.jpg
Norman Carr 1912-1997

Il est possible que chaque soir une petite civette albinos se glisse dans la forêt d’ébéniers de Wafa pour se rendre près d’une simple pierre servant de sépulture à Sir Norman Carr afin de présenter ses hommages à un « vieux buffle » sans qui South Luangwa ne serait pas ce si bel habitat.

BUD PUMBA

Sources et info en plus :

La meilleure période pour vous rendre à South Luangwa et la saison sèche et chaude s’étendant de fin mai à octobre. Pour l’observation de la faune, le meilleur mois est celui d’octobre, mais il fait extrêmement chaud. 

Les Livres de Norman Carr : 

  • Return to the Wild (1962).- Autobiographie.
  • The White Impala (1969).- Autobiographie.
  • Some Common Trees and Shrubs of Luangwa Valley (1978)
  • A guide to the wildlife of the Luangwa Valley (1987)
  • Valley of the Elephants (1992)
  • Kakuli (1996)

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Source d’inspiration pour jeune passionné de conservation.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s