La technologie pour sauver le rhinocéros blanc du nord

17/05/16

 Dans les années 60′, plus de 2000 rhinocéros blancs du nord (Ceratotherium Simum cottoni) vivaient encore en Afrique centrale. Aujourd’hui, il n’en reste plus que trois dans la réserve d’Ol Pejeta au Kenya. Pour sauver l’espèce de l’extinction, des scientifiques ont décidé de tenter une nouvelle méthode : la fécondation in vitro.

Toutes les espèces de rhinocéros sont en danger critique d’extinction en raison de la forte demande de cornes pour la médecine traditionnelle asiatique. Mais de toutes les sous-espèces, le rhinocéros blanc du nord ( Ceratotherium de cottoni ) connaît la pire des situations. ils ne sont plus que 3, deux femelles et un mâle, et ils connaissent tous des problèmes physiques les empêchant de procréer. 

Les 3 derniers blancs du nord, fatou, Najin et Soudan vivent sous bonne garde à Ol Pejeta concervacy au Kenya depuis leur transfert d’un zoo Tchèque en 2009. Quant à l’espèce à l’état sauvage, elle a disparu à la fin des années 90. Cette sous espèce, légèrement plus petite et poilu que le rhinocéros blanc du sud vivait sur un vaste territoire s’étendant du Soudan au Tchad en passant par la Centrafrique, l’Ouganda et la RDC. Encore 500 individus vivaient dans le parc de la Garamba en République démocratique du Congo dans les années 80, leur dernier bastion. Ils furent tous massacrés en moins de 10 ans par les guérillas, les milices, et les braconniers qui pullulent dans la région.

Pour ressusciter l’espèce, un groupe de scientifiques en provenance des États-Unis, du Japon, d’Allemagne, et d’Italie tentera l’impossible : la conception d’un « bébé rhinocéros éprouvette », par fécondation in-vitro, via une femelle porteuse de l’autre sous-espèce, le rhinocéros blanc du Sud, moins menacée dans l’immédiat (20.000 individus principalement en Afrique du Sud). Une première mondiale ! l’opération aura lieu normalement en octobre de cette année, elle va coûter plus de deux millions d’euros.

les 3 derniers rhinocéros blancs du nord sont incapables de se reproduire naturellement. Ils ont vécu de trop longues années au Zoo de Dvur Kralove en République tchèque avant d’être transférés au Kenya en 2009.Ils sont donc âgés et en plus de parenté immédiate :

■ Soudan, est un mâle, il a 42 ans. Il est le dernier de son espèce de la planète. En raison de son age, il souffre d’un faible nombre de spermatozoïdes, empêchant la procréation.

■ Najin, 26 ans, est la fille de Soudan. Elle a des blessures aux jambes, ce qui l’empêche de supporter le poids de la grossesse ou de celle d’un mâle lors d’un accouplement.

■ Fatu, est la fille de Najin et donc la petite-fille du Soudan. Elle connaît un problème à  l’utérus qui empêche l’embryon de s’implanter avec succès.

Quelques cellules et des spermatozoïdes de 11 autres rhinocéros blancs du nord sont conservés dans des frigos de plusieurs organismes scientifiques.

Si cette méthode est un échec, la sous espèce de rhinocéros blanc du nord sera la seconde en Afrique à disparaître après celle des rhinocéros noirs de l’ouest disparu du Cameroun dans les années 2000.

Pour aider les rhinos : Save the rhino trust ici ou Save The Rhino ici

Pour aider les derniers blancs du nord : Ol Pejeta ici

Sources multiples dont l’excellent article du Guardian : ici  photo de Soudan par Ol pejeta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s