Un éléphant se trompe énormément !

23/07/2016

J’ai du retard sur cette info, à ma décharge, il y a bien trop de choses à raconter sur Ian Redmond…

Le 28 juin 2016, un éléphant à piétiné l’un des plus grands conservateurs de la faune Africaine, Ian Redmond, dans le parc transnational de mont Elgon entre le Kenya et l’Ouganda. L’ erreur de jugement du pachyderme a failli être fatale au biologiste.

L’organisation Born Free Foundation, a publié la vidéo de l’attaque ICI dans le cadre d’une levée de fond pour la protection de ce parc national. Cet éléphant s’est méchamment trompé, il n’a pas foncé sur n’importe qui :

Ian Redmond est un biologiste et écologiste de terrain spécialisé dans les zones tropicales. Il est célèbre pour son travail avec les grands singes et les éléphants. Depuis plus de 35 ans, il a été associé aux gorilles des montagnes pour ses travaux de recherche, ses tournages de films, le tourisme et les travaux de conservation. Il a été l’ambassadeur de l’Année du gorille en 2009 pour l’Organisation des Nations Unies et l’ambassadeur de la Convention du PNUE sur les espèces migratrices depuis 2010.

Ian-Redmond

Sa carrière commence jeune. Il a rejoint le Docteur Dian Fossey dès 1976. Avec elle, il a étudié les gorilles des montagnes au Rwanda et au Zaïre. Mais son travail a changé en 1978, passant de la recherche à la conservation, après que des braconniers aient tué « Digit » un gorille de l’un des groupes d’étude pour vendre son crâne et ses mains. Lorsqu’il a trouvé le corps sans tête et sans mains du gorille qu’il considérait comme son ami, sa vie a changé.

Son travail l’a aussi amené à filmer des documentaires. Ian est celui qui a fait connaître les gorilles à Sir David Attenborough en 1978, dans la célèbre série de la BBC ‘Life on Earth’  et qui a appris à Sigourney Weaver à grogner comme un gorille, en 1987, pour son rôle primé dans le film ‘Gorillas in the Mist’ (dans lequel il apparaît comme ‘The Worm Boy’).

Ian Redmond est  devenu un consultant et conseiller dans le domaine de la conservation pour des organisations comme la ‘Born Free Foundation’, la ‘Gorilla Organization’, la Fondation Orang-outan, le Fonds International pour la protection des animaux (IFAW), etc.  Pour encourager ces groupes à travailler ensemble, il a créé l’ONG « 4apes » qu’il préside, l’African Ele-Fund et le UK Rhino Group.

Il est l’ambassadeur de l’Écotourisme virtuel et il contribue à développer ce concept en faveur d’une éducation environnementale en immersion interactive – vous pouvez en faire l’expérience sur le site : www.vEcotourism.org

Mettant en pratique ses principes en matière de conservation, il a dirigé des patrouilles anti-braconnage, guidé des équipes de tournage et/ou des excursions d’intérêt spécial pour rencontrer de près des gorilles, des chimpanzés, des Orang-outan, des éléphants, et il a apporté son soutien à des écologistes locaux pendant l’horreur des guerres civiles au Rwanda et en République démocratique du Congo. Ces enquêtes secrètes l’ont conduit à jouer un rôle d’acheteur potentiel de singes, afin d’infiltrer les réseaux de braconnage en RDC et au Congo-Brazzaville. Son travail en faveur de la protection des animaux a été récompensé en 1996 par l’attribution du Prix ‘PAWS Humane Achievement Award’ lors d’une cérémonie à Hollywood, en Californie.

Ian Redmond a été nommé Officier de l’Ordre de l’Empire britannique (OBE) à l’occasion de l’anniversaire de la reine d’Angleterre en 2006 et il s’est vu décerner le titre honorifique de docteur d’Oxford Brookes University en 2011, ainsi qu’un Prix pour l’ensemble de sa carrière (‘Lifetime Achievement Award’) au Festival de films sur la conservation de la faune et de la flore sauvage à New York en 2013 (New York Wildlife Conservation Film Festival) et, en 2013 également, le Prix ‘Animal Action Award for Conservation’ du Fonds international pour la protection des animaux. il a découvert deux nouvelles espèces de grenouilles en Papouasie-Nouvelle-Guinée et a réintroduit des singes, des éléphants et des ours polaires orphelins dans leurs environnements naturels.

Un autre domaine de recherche intéresse Ian Redmond :  les éléphants des grottes du mont Elgon. Ce n’est pas une sous espèce d’éléphants, mais une population de pachydermes, qui dans ce parc, se nourrit d’oligoéléments et de minéraux au fond des grottes de la montagne. Un comportement unique. Il a effectué la première étude et les premières photographies d’éléphants dans les grottes du Mont Elgon au Kenya et il a aidé Sir David Attenborough à les filmer. Plusieurs éléphants étudiés ont été abattus pour l’ivoire. Depuis Ian Redmond se bat à travers la fondation « The Mont Elgon Elephant Foundation » (MEEM) pour les protéger.

C’est lors d’une patrouille de surveillance, alors qu’il observait un troupeau d’une 40ène d’éléphants traversant une clairière, à environ 150 mètres, qu’un des éléphants s’est retourné et l’a chargé. Bilan : un passage en mode essorage avec une épaule démise, quelques cotes cassées et de gros hématomes. Il n’a été sauvé que par les tires en l’air des rangers du Kenya Wildlife Service (KWS) qui ont fait fuir le pachyderme.

Le parc national du Mont Elgon est situé à 140 km environ au nord-est du lac Victoria. Le parc couvre  1 279 km2 à la frontière entre l’Ouganda et le Kenya. Il doit son nom au mont Elgon, volcan éteint culminant à 4 321 mètres. (4ème sommet d’Afrique). La faune sauvage se concentre dans les forêts tropicales humides qui habillent les bas flancs du Mont Elgon : on y trouve entre autres, des colobes guéréza, des éléphants, buffles, cobes, hyènes et des léopards. Le parc connait de graves menaces : le braconnage, le surpâturage, et surtout la déforestation pour le bois de chauffe.

Les grottes du parc portent les traces d’anciennes civilisations comme des peintures rupestres à Elkony. Les pachydermes du Mont Elgon creusent la nuit les parois des grottes avec leurs défenses pour y lécher les minéraux dont ils sont friands. Ces grottes, larges parfois de 60 mètres et résultant de l’érosion, peuvent accueillir des troupeaux entiers de pachydermes.

Un phénomène spectaculaire qui alimente de nombreuses légendes : et si les éléphants étaient à l’origine du creusement des gigantesques grottes du Mont Elgon ? Les grottes de Kitum, Chepnyali et Mackingeny se visitent de jour… en l’absence des éléphants, car ils sont, semble t’il, un peu soupe au lait…

  • Faire un don :  Mont Elgon Elephant Foundation  via Born Free Foundation ICI
  • Faire un safari numérique : vEcotourisme dans les grottes du Mont Elgon ICI
  • BORN FREE FOUNDATION  ICI donnez, donnez !, ils sauvent des éléphants !!
  • Pour visiter le Mont Elgon : les infrastructures sont faibles : ICI
  • News : Mirror ICI

 

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Il s’en sort bien Mr Redmond ! Heureusement qu’il y a encore quelques personnes comme lui.

    Je ne connaissais pas ces comportements d’éléphants dans des grottes ! Vraiment étonnant !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s