Le World Rhino Day : Comment prendre le taureau par les cornes

22/09/2016

C’est le World Rhino Day. Les médias du monde entier célébreront ce magnifique animal, l’on appellera à sa protection, l’on expliquera les raisons de son braconnage et l’on honorera les hommes qui œuvrent pour sauver l’espèce. C’est bien, mais le massacre continu.

Il ne reste actuellement que 20.000 rhinocéros blancs et 5500 rhinocéros noirs en Afrique. Depuis 2009, le braconnage ne cesse d’augmenter. En Afrique du Sud, pays qui abrite 83% de la population du continent, les cinq dernières années ont été marquées par une hausse dramatique du braconnage d’environ 3000%. Aujourd’hui près de 1500 rhinocéros sont tués chaque année pour leurs cornes en Afrique.

Pire, le dernier représentant de la sous-espèce de rhinocéros noir de l’ouest (Diceros bicornis longipes) a été exterminé en 2006 au Cameroun. Quant aux rhinocéros blancs du nord (Ceratotherium simum cottoni) qui peuplaient autrefois la République Centre Africaine et le Soudan, il n’en reste actuellement que trois représentants….

Aujourd’hui le kilo de corne se négocie entre 50 000 et 60 000 dollars, plus cher que l’or ou la cocaïne. Le marché est tenu par les mafias, les groupes terroristes, des hommes d’affaire véreux,  des politiques corrompus, et même des rangers et des éleveurs ripoux.

Pourtant depuis 2009 et la reprise du braconnage, tout ou presque a été essayé pour endiguer la crise : Certains ont empoisonné les cornes pour les rendre impropre à la consommation, d’autres y ont inséré des cameras ou des GPS pour localiser les braconniers. Des réserves se sont misent à surveiller 24H/24 les rhinocéros, d’autres usent de méthodes paramilitaires, d’hélicoptères, ou de drones pour abattre les braconniers. En Asie ou l’on prête des vertus thérapeutiques ou aphrodisiaque à la poudre de corne de rhinocéros, des campagnes de publicité sont menées par des ONG pour réduire la demande.

Mais rien n’y fait…le massacre se poursuit.

Aujourd’hui, à défaut de trouver une solution, les idées les plus folles circulent…. Ray Dearlove, un Sud-Africain de 68 ans souhaite l’introduction de rhinocéros en Australie… aux Etats Unis, l’entreprise Pembient souhaite vendre des fausses cornes de rhinocéros imprimées en 3D…

Le Zimbabwe, lui, a décidé de prendre le rhino par les cornes après le braconnage de 50 individus l’année dernière.Les 700 rhinocéros adultes du pays vont dans les prochaines semaines être écornés (400 rhinocéros noirs et 300 rhinocéros blancs). C’est l’ONG Aware Trust Zimbabwe, un groupe de vétérinaires et d’écologistes qui est chargé de la mission. L’opération coûte environ 1000€ par rhinocéros. ici

Les 100 rhinocéros vivants dans les parcs nationaux ont déjà été décornés. Pour les  600 autres appartenant à des réserves privés, principalement la Savé Valley Conservancy et  la Bubye Valley Conservancy le décornage reste sous la responsabilité des propriétaires.

Lors de l’écornage, l’animal est anesthésié pendant une quinzaine de minutes et la corne sciée. C’est une procédure indolore pour l’animal si elle est correctement pratiquée. La corne n’est constituée que de l’agglomération de longues fibres de keratine comme nos ongles, il n’y a pas de sang ni de nerfs. L’écornage peut sembler être la solution parfaite face au braconnage, mais elle pose plusieurs problèmes :

  • Les expériences d’écornage ont montré une baisse moyenne de seulement 28% du braconnage dans les parcs de Namibie l’ayant déjà pratiqué. Dans plusieurs cas, en Afrique du Sud cela n’a rien changé. Les braconniers continuent de cibler les rhinocéros écornés car il reste encore la base de la corne et celle-ci vaut encore beaucoup d’argent. Les braconniers ciblent aussi les rhinocéros écornés pour éviter de les suivre à nouveau, ou  simplement par vengeance ou frustration. Enfin, dans la végétation dense et la nuit, il est bien souvent difficile pour les braconniers de savoir si le rhinocéros pisté a sa corne ou non…
  • Autre problème, la corne repousse vite, de 3 a 4 cm par an, il est donc nécessaire de pratiquer l’opération régulièrement avec les risques que cela engendre pour l’animal et l’équipe vétérinaire.
  • Il est obligatoire d’écorner la totalité de la population d’un lieu donné, sans quoi le braconnage continu au même rythme.
  • La méthode a tendance à simplement déplacer le problème.
  • L’écornage créé des stocks de cornes importants, favorisant le lobbying pour la légalisation du commerce.
  • Aucune étude n’a été menée pour savoir si l’absence de corne pour un rhinocéros avait un impact sur sa capacité à se reproduire ou à protéger sa progéniture.
  • Pour finir, une simple remarque :  un rhinocéros a des CORNES !! Lui retirer c’est lui retirer ce qui le défini…

Reste une dernière solution pour stopper le braconnage dont je n’ai pas parlé ici, la plus controversée : A la Cop17 de la CITES qui se tiendra dans quelques jours, le Swaziland  va militer pour la légalisation de la vente de cornes de rhinocéros… c’est sans aucun doute la plus mauvaise des solutions pour les rhinocéros.

Pendant ce temps, le massacre continu…

  • PHOTO de Klaus Tiedge ICI
  • Pour aider ONG « Save The Rhino » ICI
  • « World Rhino day » ICI
  • Aware Trust Zimbabwe ICI

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s