Les cimes du Kilimandjaro

28/11/16

Le plus grand arbre d’Afrique vient d’être découvert dans une vallée reculée de la plus haute montagne du continent : Le mont Kilimandjaro en Tanzanie. Cet arbre atteint une hauteur de 81,5 mètres. Ce géant du monde végétal africain égale le record détenu par l’eucalyptus saligna importé d’Australie de la réserve forestière de Woodbush en Afrique du Sud, hélas mort en 2006.

Cette fois-ci l’arbre en question est d’une espèce indigène :  un excelsum Entandrophragma, une sorte d’acajou de l’Est et du Centre de l’Afrique. ( On en trouve au Congo, Malawi, Tanzanie, Ouganda, et en Zambie)

Cette découverte a été faite par Andreas Hemp de l’université de Bayreuth en Allemagne dans le cadre du « Kili Project » , une étude très complète de la biodiversité des différents écosystèmes du Kilimandjaro.  

Jusqu’à maintenant, aucun des plus grands arbres du monde ne se trouvaient sur le contient africain; Les grandes forêts d’Afrique sont en effet situées dans des zones ou les sols sont pauvres ce qui n’est pas propice aux records. Le plus grand arbre du monde reste un séquoia à feuilles d’if de 116 mètres haut, nommé Hyperion, découvert en 2006 dans le Parc national de Redwood en Californie (USA).

10531_2016_1226_fig1_html

L’excelsum Entandrophragma découvert est un géant. Il se classe 6ème plus haut arbre du monde. Il serait âgé d’environ 500 ans. Si il a réussi à atteindre une taille si importante c’est grâce à sa localisation très particulière : Le sol est riche en nutriments sur les pentes des trois anciens volcans de la montagne du Kilimandjaro (Mawenzi, Kubo et Uhuru 5 891m) les précipitations sont, en moyenne montagne, abondantes et les températures idéales. De plus, sa localisation dans une forêt située au fond d’une gorge encaissée et difficile d’accès à permis d’empêcher sa coupe dans une région ou la déforestation est importante.

Les forêts de moyenne montagne du Kilimandjaro (entre 1400 et 2100 m) ont presque complètement disparu, elles ne sont plus présentes qu’au Sud et à l’Est du volcan. Le peuple Chagga habitant la région depuis 2000 ans ont converti la plupart des anciennes forêts en terres agricoles depuis déjà longtemps.  Les quelques rares secteurs épargnés font face à de nombreuses menaces : l’expansion agricole, la déforestation pour le bois de chauffe ou la création de plantations de cafés.

Le nombre de grands arbres anciens dans ses forêts tropicales diminue rapidement avec des conséquences graves pour l’intégrité des écosystèmes. Ils sont de véritables biotopes à eux seuls, ils accueillent de très nombreuses plantes épiphytes (fougères, mousses, lianes…) ce qui multiplie l’offre en micro-habitats pour les invertébrés et les amphibiens.

Selon l’étude menée, il resterait à peine un millier d’arbres géants (plus de 50m) dans les vallées du Kilimandjaro, dont le nouveau champion du continent. l’équipe de Andreas Hemp souhaite rapidement inclure les vallées forestières dans le parc national du Kilimandjaro voisin pour les protéger.

233103

source : L’étude : ICI Kili project : ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s