Le Facebook des rhinocéros à Hluhluwe-Umfolozi

13/01/17

Le travail scientifique me laisse parfois perplexe, c’est le cas pour l’étude qui a été effectuée dans la réserve de Hluhluwe-Umfolozi en Afrique du Sud et dont les résultats ont été publiés il y a quelques jours. Je vais profiter de cette actualité pour vous raconter l’histoire tumultueuse de cette magnifique réserve .

Le 11 janvier, des chercheurs sud-africains et allemands ont publié dans le magazine scientifique Proceedings of the Royal Society B, une étude originale sur les interactions des rhinocéros entre eux. L’on savait déjà que ces animaux myopes communiquaient avec leurs congénères par leurs urines. Grâce à cette étude l’on apprend à présent qu’ils utilisent aussi leurs déjections fécales. Pour prouver cela, les chercheurs ont étudié les différentes fragrances contenues dans 150 déjections de rhinocéros blancs du Sud (Ceratotherium simum) de la réserve de Hluhluwe-Umfolozi en Afrique du Sud.

Résultat, les rhinocéros blancs signalent via les odeurs de leurs déjections, leur sexe, leur âge et leur disponibilité sexuelle. Les chercheurs suggèrent même que les rhinocéros pourraient utiliser leurs toilettes communes comme un réseau social…. Si vous avez déjà fait un safari à pied, vous le savez, les rhinocéros font leurs besoins régulièrement aux mêmes endroits et ont tendance à suivre le même parcours. Ces zones de déjection sont souvent communes à plusieurs rhinocéros et servent de frontière territoriale entre les mâles. Cela permet de les pister dans le bush.

rhino-caca
un rhinocéros blanc qui tweet…

Après avoir recréé les odeurs en laboratoire, les scientifiques ont même réussi à faire réagir les rhinocéros sauvages à ces fragrances artificielles. Ils ont cru à la présence, non loin, d’un mâle concurrent ou d’une femelle en chaleur.

Cette étude n’a pas été faite n’importe où. La réserve de Hluhluwe-Umfolozi est unique à bien des égards et son histoire est étroitement liée à celle du rhinocéros blanc du Sud.

Cœur de l’ancien royaume de Zoulouland, territoire de chasse des célèbres rois Zoulous Dingiswayo et Chaka dans les années 1800 puis zone de chasse pour les colons blancs avides d’ivoire et de cornes de rhinocéros à partir de 1840. La zone fut tellement exploitée qu’en moins de 50 ans, les éléphants et les lions furent exterminés et de nombreuses espèces poussées aux bords de l’extinction.

Mais en 1893, alors que l’on croyait l’espèce rhinocéros blanc du Sud (Ceratotherium simum)  éteinte, est découvert dans la zone d’Umfolozi, un petit nombre d’individus. Deux réserves sont créées en 1897 pour protéger ces derniers représentants :la réserve d’Hluhluwe Valley et celle d’ Umfolozi.

L’on pourrait croire la faune sauvée, ce n’est pas le cas. Le parc va connaître une série de revers liés aux tentatives désespérées des hommes pour éradiquer la mouche tsé-tsé, vecteur de la Nagana (trypanosomiase animale africaine) touchant le bétail et de la maladie du sommeil touchant les hommes.

Ainsi en 1932, décision est prise d’abattre à grande échelle la faune sauvage pour réduire la diffusion de la maladie. L’opération fut considérée comme un succès… En 1945, une nouvelle épidémie de trypanosomiase se déclare dans la région tuant près de 60.000 têtes de bétail. La réserve est alors déclassée et un abattage massif est à nouveau pratiqué. Il sera tel que les zèbres et les gnous disparaîtront totalement de la réserve. Près de 100.000 animaux sauvages seront abattus dans la région.

A partir de 1952, la réserve est reclassée et la gestion transmise à la commission du Natal (aujourd’hui Ezemvelo KZN). Elle lancera une politique d’utilisation intensive de l’insecticide DDT qui réduira enfin la présence de la mouche tsé-tsé, mais au détriment cette fois de l’avifaune. Un dernier abattage aura lieu en 1959,cette fois pour réduire la concurrence entre les rhinocéros blancs du sud en voie d’extinction et les autres animaux brouteurs.

La réserve se relance à partir des années 60′. Des espèces comme le zèbre et le gnou reviennent naturellement dans la réserve. Quant aux autres espèces disparues, elles sont peu à peu réintroduites.

Les lions qui avaient disparu depuis les années 20′ font une réapparition surprise. En 1958 un lion mâle solitaire descendit du Mozambique jusqu’à la réserve d’Umfolozi, parcourant plus de 350 km à travers une région densément peuplée. Il fut rejoint quelques années plus tard tout aussi mystérieusement par une horde de lionnes. Pour développer cette micro population d’autres lions furent réintroduit dans la réserve. Il sont aujourd’hui plus de 120.

En ce qui concerne les rhinocéros blancs du Sud : « l’opération rhino » dirigée par le célèbre écologiste Sud Africain Ian Player est un succès : les rhinocéros blancs du Sud se sont multipliés, l’espèce est sauvée. (probablement 20 individus en 1900, 840 en 1960, ils sont 20.000 aujourd’hui).

Le guépard, la hyène brune, le lycaon ainsi que d’autres espèces sont réintroduits entre 1965 et 1980 dans la réserve pour les réimplanter ou dynamiser les populations existantes. Enfin, en 1989, les populations humaines installées dans le corridor entre les deux réserves sont expulsées et les deux zones réunies pour former le parc que l’on connaît. Il est le plus grand parc de la région du KwaZulu-Natal avec une surface 96,453 hectares. Il forme un écosystème complet et fonctionnel.

La réserve connaît aujourd’hui la plus forte concentration de rhinocéros au km² d’Afrique (leur nombre n’est plus publié pour des raisons de sécurité mais l’on peut penser que les rhinocéros blancs sont environ 2000 et les rhinocéros noirs environ 350), elle abrite plus de 1200 espèces de plantes, 84 espèces de mammifères (dont le Big Five) et près de 400 espèces d’oiseaux soit 48% des espèces de volatiles d’Afrique Australe. l’on compte dans la réserve : environ 6000 buffles, 8000 nyalas, 600 girafes, 700 éléphants, 12000 impalas, 60 lycaons et autant de léopards, 40 guépards, 1500 zèbres et autant de gnous….

La végétation est très diversifiée. La partie la plus intéressante est sans doute Umfolozi avec une faune plus importante et une végétation de plaine moins dense permettant une observation des animaux plus aisée. Hluhluwe, au nord, a un paysage plus vallonné et boisé qui mérite néanmoins d’être parcouru. Quelques lieux sont très réputés comme le point d’eau de Mphala, celui de Thiyeni, la route de Sontuli, le pont sur la rivière black Umfolozi et la piste longeant la rivière Hluhluwe. En tout le parc comprend plus de 300 km de pistes bien entretenues.

carte-hluhluwe-umfolozi

Il existe 3 entrées: par le Nord (secteur de Hluhluwe), via la Memorial Gate. Par le centre, sur la route R618 qui coupe le parc en deux, via la Nyalazi Gate et enfin par le Sud (secteur Umfolozi) via la Cengeni Gate. Le parc est géré par le Ezemvelo KZN Wildlife dont j’aurai l’occasion de reparler.

Un dernier point : la réserve est réputée pour ses Wilderness Trail, des randonnées pédestres dans la partie la plus sauvage de Umfolozi. Cette zone unique et sauvage, appelée UMfolozi Wilderness area ( Sud de la rivière White Umfolozi), a été parcourue par plus de 60.000 personnes depuis sa création par le regretté Ian Player en 1958. Les randonnées durent de 2 à 4 jours pour une distance d’environ 15 km/jours, en plein bush. La meilleure saison pour effectuer un safari dans le parc est en hiver, entre mars et novembre. Pendant cette période le climat est sec, mais frais.

La réserve de Hluhluwe-Umfolozi est aujourd’hui l’une des plus belles réserves d’Afrique Australe. Mais sa vie tumultueuse n’est pas finie, un projet minier met en péril ce joyau d’Afrique Australe. Le combat continu.

PLUS D’INFOS : 

  • De nombreux hébergement sont disponibles dont le Hilltop camp dans le secteur d’Hluhluwe ou le Mpila camp dans le secteur d’Umfolozi.
  • Ezemvelo KZN Wildlife pour plus de renseignements

  • Hluhluwe-Umfolozi se trouve à 250 km au nord de Durban
  • Hluhluwe se prononce Loulouwé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s