Qui veut la peau du python ?

01/02/2017

A la suite de plusieurs rapports du Kenya Wildlife Service (KWS) portant sur l’évolution des populations de reptiles dans le pays ainsi que sur des actes de maltraitances, le gouvernement Kenyan a décidé d’interdire à compter de Janvier 2017 l’exportation de serpents à destination des zoos et des animaleries.

Les grands serpents sur l’ensemble du continent africain subissent une forte pression du braconnage. Les raisons sont multiples, leurs peaux sont utilisées dans l’industrie du luxe, leur viande est très appréciée, et ils sont très demandés par les terrariophiles du monde entier. Ses prélèvements effectués dans la nature ont un impact important sur les populations de pythons.

Le plus grand serpent d’Afrique, le Python de Seba, objet de cet article, est particulièrement touché et sa population dans le pays comme sur l’ensemble du continent est en chute libre malgré son inscription en annexe 2 de la CITES limitant son commerce.

De tout temps ce serpent pouvant atteindre 6 mètres de long et peser 50 kilos a été chassé. Mais lors des dernières décennies, la destruction rapide des espaces sauvages et le développement du marché noir à l’international a affecté très négativement l’alimentation et la reproduction du python. Ils sont de plus en plus petits et les femelles produisent de moins en moins d’œufs.  Même si aucune étude n’a été menée pour les dénombrer les experts estiment que leur nombre a considerablement baissé. Ils ne seraient plus aujourd’hui que quelques centaines en Afrique de l’Est.

Néanmoins tout espoir n’est pas perdu pour les pythons de Seba. La prise de conscience actuelle peut encore sauver l’espèce. Le groupe Kering par exemple, l’un des leaders du luxe (Puma, Gucci, Yves Saint Laurent…) à décidé récemment d’orienter sa production vers le développement durable. Elle a fait l’acquisition d’une ferme à serpents pour son approvisionnement en peaux, réduisant ainsi l’utilisation de celles provenant du marché noir.

Le python de Seba ou python des roches (Python sebae) est réparti dans toute l’Afrique subsaharienne. Il vit dans la savane comme en forêt,ou il apprécie les petits massifs rocheux. Le python de Séba s’éloigne généralement à l’approche de l’homme. On le rencontre pourtant parfois en safari quand celui-ci digère une grosse proie et n’arrive plus à bouger. S’il est surpris, s’il se sent menacé ou si on cherche à l’attraper, il est prompt à mordre violemment. Malgré cela, il est chassé de façon particulière au Cameroun, ou les braconniers G’Bayas utilisent leurs jambes comme hameçon. Voir vidéo ICI 

Les gros spécimens (4 m et plus) doivent vraiment être considérés comme dangereux : une morsure peut nécessiter plusieurs dizaines de points de suture, et un tel animal peut tuer un homme adulte par étouffement. Ce fut le cas récemment au Canada ou un spécimen échappé d’une animalerie a tué deux jeunes enfants : ICI

les pythons sont totalement dépourvus de venin. Se sont des serpents constricteurs, ils mordent puis s’enroulent autour de leurs proies. Leurs mâchoires peuvent contenir de nombreuses bactéries pathogènes ; en cas de morsure la plaie doit être soigneusement désinfectée.

Le python de Séba est essentiellement nocturne, mais il lui arrive de chasser pendant la journée. Il est terrestre, mais les juvéniles grimpent volontiers. Il s’abrite aussi dans les terriers abandonnés par les porcs-épics, les oryctéropes ou les phacochères. Les adultes chassent les gazelles, et les jeunes cobes, parfois aussi les singes, les phacochères, les damans, les oiseaux et même les jeunes crocodiles.

La femelle pond de 16 à 100 oeufs de la taille d’une balle de tennis. Comme chez beaucoup de pythons, elle s’enroule autour de ses oeufs et les couve jusqu’à l’éclosion, imprimant à son corps des mouvements saccadés pour augmenter sa température corporelle. Les petits mesurent 50 à 60 cm lors de l’éclosion.

SOURCE :

  • Natura Science : ICI
  • The Guardian : ICI

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. perdebytjie dit :

    What a beautiful snake! One of my favourites.I do not understand French,but I always enjoy your blog!

    J'aime

    1. budpumba dit :

      Kenya bans export of snakes, a good news for the rare African rock python 😉

      Aimé par 1 personne

      1. perdebytjie dit :

        That is good news.Here in Southern Africa,lots of illegal poaching and selling of wild life,are nearly uncontrollable!😟

        J'aime

  2. budpumba dit :

    Unfortunately it’s worse in West and East Africa. You have a beautiful country, take care of it. Hope to come back soon

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s