Attention au lion

5/08/2016

Après l’étude de la CITES sur les éléphants d’Afrique dont j’ai parlé ICI voila que l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) publie son rapport sur le lion (Panthera leo) que l’on attendait depuis près de 2 ans ICI . Je ne m’attarderai pas sur le cas particulier du lion d’Asie dont la population grandit dans l’unique réserve du Gir en Inde. Ce rapport de la liste rouge de l’UICN fait un constat sombre de la situation des lions en Afrique : L’espèce reste classée comme « Vulnérable » (VU), et à la vue des résultats, elle est proche d’être classée en catégorie « En danger » voir même dans certaines régions du continent  » en danger critique d’extinction ».

je rappelle que la « Red List » (liste rouge) de l’UICN  est le système de classement de chaque espèce ou sous-espèce selon son risque d’extinction. Il existe neuf catégories : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). Le classement est basé sur différents facteurs biologiques associés au risque d’extinction : taille de population, taux de déclin, aire de répartition géographique, degré de peuplement et de fragmentation de la population.

Le rapport sur l’évolution de la population de lions porte sur 45 zones importantes pour l’espèce, et dont les populations ont été surveillées entre 1993 à 2014. Elle ne comprend donc pas l’ensemble de la population, mais donne une vue d’ensemble de son évolution. En utilisant différentes études de terrains l’UICN constate une baisse de 43% de la population de lions durant cette période sur l’ensemble des zones étudiées. Mais la baisse n’est pas aussi prononcée partout. C’est en Afrique de l’Ouest et Centrale (Nigeria, Cameroun, Bénin …) que les populations souffrent le plus avec une baisse de 66%. En Afrique de l’Est la situation n’est pas meilleure avec une baisse de 59% en particulier en Ouganda et en Tanzanie. Enfin en Afrique Australe (Botswana, Namibie, Afrique du Sud et Zimbabwe), la bonne nouvelle du rapport, la population a augmenté de 12%. Enfin pour clôturer le constat, le lion est éteint dans 12 pays africains et a »probablement » disparue dans 4 autres.

En chiffre cela est plus parlant : il ne reste qu’environ 450 lions dans les principales zones de l’Afrique de l’Ouest et Centrale, 1350 en Afrique de l’Est et enfin 5250 en Afrique Australe. Soit un total d’environ 7000 lions en 2014 contre 9500 en 1993 dans les mêmes zones.

La situation est plus contrastée que ces chiffres ne le laissent penser. Dans un même pays, d’un parc à l’autre, les résultats peuvent être très différents. Au Kenya par exemple, Masai Mara, le célèbre parc national voit sa population de lions baisser de 54% quand au même moment la population de la réserve de Ol Pejeta augmente de plus de 600 % ! Pareil en Tanzanie ou la population du parc de Tarangire diminue de 44% quand celle du Serengeti augmente de 35%. En Afrique de l’Ouest, au Cameroun la célèbre population de lions du parc de Waza dans l’extrême Nord est quasiment éteinte (-83%) alors que durant la même période celle du parc de la Pendjari au Benin a quadruplé….

L’on voit des drames se jouer, à Waza au Cameroun, j’en ai parlé à l’instant, mais aussi au Nigeria (-91%),  ou encore en Ouganda dans le parc de Murchison Falls (-86%), et en Tanzanie où l’énorme population de lions du parc de Katavi, plus de 1000 individus, a totalement disparu (-100% !). Enfin dans l’emblématique parc national de Nairobi, la population est réduite à seulement 17 individus.

De l’autre on observe des lueurs d’espoir : La population du Zimbabwe est passée de 50 à 700 lions, grâce au travail remarquable de la Savé Valley concervancy et de la Bubye Valley concervancy. Même constat positif mais dans une moindre mesure au Botswana et en Namibie. Enfin en Afrique du Sud qui représente à elle seule près d’1/3 de la population restante de lions, leur nombre est stable, en particulier dans le parc national de Kruger, qui est sans doute arrivée a son potentiel optimal.

Quelques remarques personnelles sur ce rapport : la première qui me vient à l’esprit c’est mon étonnement à la lecture de cette phrase « trophy hunting contributes positively to Lion conservation… ». Je suis très étonné de lire ce type de phrase dans un rapport de l’UICN au regard de la baisse conséquente indiquée et après « l’affaire du meurtre de Cecil le lion ». Mais bon je ne suis pas expert…

La seconde est d’ou viennent les chiffres ? je prends exemple de la population de la Bénoué au Cameroun, aucune étude n’a été faite sur place en 2014…. ni en 1993… cela fait beaucoup de conjectures pour juger de l’évolution d’une population sur une période donnée. Il en est de même pour plusieurs parcs cités.

Enfin l’on peut regretter l’absence de plusieurs parcs ou réserves ayant des belles populations de lions viables et connues, comme  par exemple Gonrongosa au Mozambique ou Zakouma au Tchad et l’inclusion dans l’étude de plusieurs réserves d’Afrique du Sud, plutôt artificielles que réellement sauvages car petites et clôturées.

l’on comptait encore 450.000 lions en Afrique dans les années 40. Aujourd’hui leur nombre total dépasse à peine les 18.000 individus.

rapport UICN  : ICI étude UICN : ICI

 

3 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. budpumba dit :

      « 3 Lion cubs » by the famous wildlife photographer Will Burrard Lucas

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s