Stéphanie Vergniault et les derniers éléphants de la Chari River

04/05/17

Le 22 mars 2017, un groupe de braconniers a abattu 11 éléphants dans la région de Mayo-Lémié à l’Est du Tchad

Depuis deux décennies, chaque année à la saison sèche, des braconniers originaires du Soudan longent les frontières Tchadienne et Centrafricaine jusqu’au Cameroun à la recherche d’ivoire. Ces braconniers Janjawid liés au groupe islamiste Shebab, lourdement armés, parcourent d’immense distance , le plus souvent à cheval ou à dos de chameaux, pour perpétrer des massacres chez les pachydermes. C’est ainsi que le parc national de Zakouma au Tchad a perdu 90% de ses éléphants en 20 ans (400 aujourd’hui contre 4000 en 2000). C’est aussi ainsi qu’en 2012 plus de 300 éléphants furent abattus en 2 mois seulement dans le parc national de Boubandjida au Cameroun.

 

SOS_Elephants
un massacre parmi des décennies de massacres

Ils n’ont pas peur de l’affrontement, et font fi des frontières. Ils opèrent au Tchad, en RCA, au Cameroun, au Congo et s’attaquent a quiconque se met en travers de leur macabre route. Rien, ni personne ne les arrêtent. Ils ont tué ou blessé des membres du BIR (l’armée d’élite Camerounaise), des forces militaires Tchadiennes ainsi que des rangers de l’organisation African Parks pour pouvoir poursuivre leurs méfaits.

A l’Est du Tchad, la vaste région faiblement peuplée entre la rivière Chari et la rivière Lagone possède encore une petite population d’éléphants d’environ 500 têtes vouée à disparaître à terme sous les attaques annuelles de ces braconniers. Mais une femme française courageuse a décidé de tout faire pour les sauver, elle s’appelle Stéphanie Vergniault.

sos elephant Tchad.jpg
Stephanie Vergniault

Originaire de Bordeaux, âgées de 49 ans, avocate, titulaire d’un doctorat en Géopolitique, elle travaille durant plusieurs années pour l’EU et l’ONU dans le cadre de missions institutionnelles où elle siège en tant qu’experte en processus de démocratisation. Grâce à son travail, elle voyage partout dans le monde et découvre le Tchad en 1995. Elle tombe amoureuse du pays, s’y installe et voit avec effarement le sort tragique des éléphants.

En 2009 elle crée l’organisation non gouvernementale SOS Elephant Tchad. À sa tête, Stéphanie Vergniault se bat pour la survie des derniers pachydermes du pays. Depuis son campement au cœur de la brousse Tchadienne, cette femme chic et distinguée ainsi que ses hommes mettent leurs vies en danger pour protéger les derniers éléphants du mayo Lemié. Elle use de toute sa détermination pour convaincre les populations locales, les chefs tribaux jusqu’au Président Tchadien Idriss Déby, de l’aider dans son projet de lutte contre le braconnage. En 2011 elle crée une seconde association SOS éléphant Congo ayant les mêmes objectifs pour les éléphants des forêts congolaises.

stephanie vergniault

Le combat est rude, Stéphanie connaît des succès comme des défaites. Son association reçoit quelques aides, en particulier de la fondation Brigitte Bardot. En 2013, le braconnage ayant cessé dans la région grâce à l’engagement du président Tchadien et de son armée, l’association a pu se focaliser sur l’aide aux communautés locales (création d’école, fourniture de matériel scolaire, aide aux agriculteurs) ainsi qu’au suivi des pachydermes (colliers émetteurs, ADN..).

Mais depuis novembre 2016, les braconniers sont de retour et régulièrement des carcasses d’éléphants mutilés sont retrouvées. Ainsi, le 22 mars 2017 dans la zone de Bousso onze éléphants sont abattus et leurs défenses prélevées. Plusieurs éléphants sont blessés, et un jeune éléphanteau erre seul dans la brousse. Stephanie Vergniault va une nouvelle fois devoir tout faire pour pourchasser les braconniers, convaincre les autorités du pays à autoriser l’arrivée d’un vétérinaire Sud Africain et trouver un financement pour l’ensemble de l’opération.

mike toft
le vétérinaire Mike Toft au travail

Il aura fallu plusieurs semaines pour tout mettre en place, et voir l’arrivée du vétérinaire Mike Toft. Les éléphants blessés ont été finalement soignés et l’éléphanteau a miraculeusement trouvé une mère de substitution dans son troupeau.

Malgré les épreuves, Stéphanie Vergniault est toujours présente sous 40° dans son campement sommaire au milieu de nulle part pour sauver les derniers éléphants du Tchad.

Prochain objectif pour cette grande protectrice de la faune sauvage africaine, classer sa zone en parc national, j’espère vous en parler rapidement…

info en plus : Un peu d’histoire. L’immense région s’étendant entre le Sud du Tchad et le Nord de la RCA, jusqu’au Cameroun à l’Est, a depuis toujours été un bastion important pour les éléphants des savanes. Leur nombre avant la colonisation est inconnu, certains parlent de 300.000 individus d’autres de 100.000. Dans tous les cas les éléphants étaient à l’origine extrêmement nombreux dans cette région. Leur densité atteignait même des records dans la zone actuelle du parc national de Zakouma au Tchad. Depuis des temps immémoriaux, ces éléphants sont chassés. A l’origine par des cavaliers munis de lances, pour l’ivoire ou la viande. Avec le temps le comportement des pachydermes a changé face à cette chasse : les éléphants se regroupèrent pour éviter d’être isolé. Ainsi il n’était pas rare dans cette région de l’Afrique, fait unique, de voir des troupeaux de plusieurs milliers de bêtes !. Physiquement, cette chasse millénaire a réduit la taille de leurs défenses, les éléphants portant les plus importants trophées étant les plus chassés.

Hélas, leur comportement de regroupement en vaste troupeau signa leur arrêt de mort avec l’arrivée des AK-47  à partir des années 60’. Leur nombre passa brutalement sur l’ensemble du Tchad de probablement 100.000 individus à moins de 2.500 aujourd’hui.

AIDER ET INFO :

ELEPHANT SOS ELEPHANT TCHAD

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Changeonsnotrevie dit :

    A reblogué ceci sur changeonsnotrevie.

    J'aime

  2. Changeonsnotrevie dit :

    Merci pour ce post qui, comme toujours m’attriste. Le sort de ces pauvres animaux est encore mis à rude épreuve ! Je me suis permise de rebloguer votre post sur mon blog ! Belle journée à vous

    J'aime

    1. budpumba dit :

      merci beaucoup, bonne journée à toi.

      J'aime

      1. Changeonsnotrevie dit :

        Je t’en prie 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s