La guerre des pâturages à Laikipia

08/02/17

Aujourd’hui deux policiers ont été blessés par balles dans la région de Laikipia au Kenya…

La région du plateau de Laikipia se trouve au centre du Kenya. C’est une région sauvage et agricole faiblement peuplée, célèbre pour sa faune riche et unique. La région est divisée en vastes propriétés fermières ou touristiques profitant de la nature généreuse autour des rivières Ewaso Nyiro et Ewaso Narok.

Mais depuis quelques semaines, la situation sur le plateau de Laikipia est explosive. La sécheresse a poussé près de 10.000 éleveurs semi-nomades des ethnies Masai, Samburu et Pokot, accompagnés par plus de 135.000 têtes de bétail, à entrer illégalement dans les propriétés privées pour faire paître leurs bêtes. Ils ont envahi la réserve de Mugie, le ranch de Suyian, Segera... Armés de lances et d’armes automatiques, ils ont fait fuir les gardes, ont pillé des installations et abattu des animaux sauvages. Se sont les parties, Nord, Centrale et Ouest de la région, qui sont pour le moment les plus touchés par cette invasion.

La sécheresse n’est pas la seule raison de ce phénomène. L’ensemble du continent africain connaît une augmentation importante de sa population ayant comme conséquence une explosion du nombre de têtes de bétail. La croissance des troupeaux est, en plus, dopée par des considérations financières: le bétail a vu sa valeur considérablement augmenter, devenant un investissement de choix pour les élites urbaines. Le Kenya n’échappe pas  à cette règle, le pays a vu son nombre de têtes de bétail croître de 76% en 40 ans.

Enfin, la sécheresse a exacerbé les tensions existantes entre les différentes ethnies, et tendu les relations entre les pasteurs nomades et les propriétaires fonciers blancs.  Le fragile équilibre qui avait permis le retour de la faune à Laikipia est rompu et les politiques hésitent à réagir fermement avant les élections du mois d’août prochain. Souhaitons que la pluie tombe enfin.

laikipia-lewa

 Laikipia et les régions d’Isiolo, Meru, et Samburu, font partie de l’écosystème Ewaso vaste ensemble d’environ 40.000km² à la faune sauvage nombreuse.

La région de Laikipia n’a pas de parc national, elle est pourtant devenue ces 20 dernières années une région leader en Afrique dans le domaine de la conservation de la faune. Les réserves privées comme communautaires ont réussi l’exploit de développer la faune alors que partout ailleurs dans le pays elle diminue. Elle connaît aujourd’hui la deuxième plus forte densité animale du Kenya après la célèbre région de Masai Mara. L’on peut y observer de nombreuses espèces rares ou en dangers comme le zèbre de grevy, le rhinocéros noir, la girafe réticulée, le gérénuk et le lycaon.

Laikipia est l’une des plus belles régions d’Afrique, tout simplement.

Les principales réserves de la région Laikipia : (accès aux sites  en cliquant sur leurs noms) :

carte-des-reserves-de-laikipia-kenya
Carte de Laikipia et de ses réserves privées et communautaires

Ranch à bétail du célèbre explorateur et colon britannique Lord Delamere dans les années 40′, Ol Pejeta Conservancy est depuis 2004 une réserve de 360 km² appartenant à l’organisme sans but lucratif Fauna & Flora International (FFI). C’est une des plus grandes réussites en terme de conservation d’Afrique. Elle est célèbre dans le monde entier pour son sanctuaire à chimpanzés (Sweetwaters Chimpanzee Sanctuary), le seul du Kenya, géré en collaboration avec l’institut Jane Goodall. Elle est aussi la maison des 3 derniers rhinocéros blancs du Nord du monde.  C’est l’une des plus belles réserves d’Afrique, on peut y observer les « Big Five » dont une centaine de rhinocéros noirs, mais aussi des zèbres de grevy, des lycaons…en tout plus de 10000 grands mammifères profitent de sa nature généreuse. Elle est l’une des deux réserves d’Afrique classée sur la « Green List » de l’UICN, pour la qualité de son travail.

Lewa Wildlife Conservancy, est à l’origine en 1924 la ferme à bétail de la famille Craig (Lewa Downs). Ils l’ont transformé peu à peu en sanctuaire pour rhinocéros noirs (Ngare Sergoi Rhino Sanctuary) à partir de 1983 grâce à l’aide de la célèbre conservatrice Anna Merz. Plus tard des rhinocéros blancs furent également transférés vers la réserve dont les limites avaient été étendues en récupérant des terres du ranch et celles de la réserve adjacente de Ngare Ndare. La réserve prend en 1995 son nom actuel. Le célèbre Ian Craig a développé des partenariats avec les communautés de cette région, principalement Masaïs et Samburus dans le but de les faire profiter d’une partie des ressources du tourisme et par conséquent de leur apprendre à protéger la faune en cohabitant avec elle. C’est aujourd’hui un modèle de gestion communautaire. C’est aussi un site du patrimoine mondial de l’UNESCO et le second site classé sur la « Green List » de l’UICN. D’une surface de 250 km², Lewa abrite l’une des plus grandes populations de rhinocéros du Kenya et la plus grande population de zèbres de Grevy. En tout l’on peut y observer plus de 70 espèces de mammifères dont le Big Five et 350 espèce d’oiseaux.

j’en ai parlé dans le détail ICI. Segerat Retreat est une réserve privée de création récente d’environ 200 km² appartenant au milliardaire Jurgen Zeitz. C’est une réussite en terme de conservation. Elle est réservée aux touristes fortunés amoureux de la nature et de l’art contemporain.

segera-retreat.jpg
Segera retreat

La réserve de Borana appartient à la famille Dyer depuis 3 générations. Autrefois ranch pour le bétail, elle est à présent un espace sauvage de 130 km² dédié à la faune. Voisin de Lewa Concervancy, la clôture entre les deux réserves a été supprimée en 2014. L’on peut y observer l’ensemble des espèces présentent sur le plateau de Laikipia dont des lions, éléphants, buffles et des girafes. La réserve protège une cinquantaine de rhinocéros noirs.

borana-conservancy
Borana concervancy
  • Le Solio Ranch game réserve : 

Le Solio Ranch était depuis 1966 une ferme à bétail appartenant à M. Courtland Parfet et sa femme Claude qui l’ont transformé en réserve dans les années 70′. Elle est a présent, la propriété de leur fils Edward. Cette réserve de 70 km² est célèbre pour avoir été le premier sanctuaire à rhinocéros du Kenya. Le ranch est devenu le plus important centre de reproduction de rhinocéros noirs comme blancs du pays. La réserve a notamment fourni de très nombreux spécimens aux autres parcs et réserves du Kenya. Le ranch comprend une faune diversifiée dont des guépards, des lions, des oryx, des buffles et une forte densité de léopards.

Ol Jogi est une réserve privée appartenant à la richissime famille Wildenstein depuis plus de 60 ans.  La réserve de 230 km² abrite la magnifique demeure familiale qui n’est ouverte aux visiteurs que depuis 2014. C’est un havre de nature paisible, à la faune sauvage abondante dont 70 rhinocéros noirs, 600 girafe réticulées, 400 zèbres de Grevy… Un lieu unique réservé aux visiteurs fortunés appréciant le luxe.

ol jogy.jpg
Ol Jogy concervancy

Naibunga Conservancy a été créé en 2004. Elle est la réunion de neuf fermes Massai ayant compris la nécessité de protéger la nature tout en poursuivant l’élevage bovin. L’ensemble du domaine dépasse les 470 km². L’on peut y observer de très nombreuses espèces animales dont une forte population d’éléphants.

Le sanctuaire de Mugie se trouve à l’extrémité nord du plateau de Laikipia. Il a été créé par la famille Hahn propriétaire des terres depuis plus de 40 ans. Le sanctuaire est particulièrement touché par l’invasion pastorale actuelle. Mugie n’est pas la plus grande des réserves mais elle possède une belle population d’oryx, de girafes et de zèbres de Grevy ainsi que quelques lions et éléphants.

Il existe d’autres réserves privées ou communautaires plus ou moins grandes comme, le Loisaba Conservancy, Ol Lentille ConservancyIL Ngwesi, Ol Malo, Sabuk (Nalare) … toutes belles et riches en faune. il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Alors aidez la magnifique région de Laikipia en vous y rendant comme environ 100.000 touristes chanceux chaque année.

ol lentille conservancy.jpg
Ol Lentille concervancy

Source et plus d’infos :

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Soso dit :

    Merci pour ce billet très éclaireur mais préoccupant sur la situation au Plateau de Laikipia. Je ne m’imaginais pas à quel point les bergers avaient dépassé les limités et rompu l’équilibre de la faune dans cette belle région maltraité par le manque d’eau. Comme je disais dans mon dernier billet, j’ai pu témoigner de la bienveillance que les rangers montrent à l’égard de tous les bergers (souvent des enfants) qui s’introduisent illégalement dans le territoire de Samburu et ses réserves voisines. Ce n’est probablement pas la bonne attitude à avoir. Mais c’est toujours aussi compliqué pour nous, blancs et étrangers, de comprendre le rapport des ethnies kenyanes pastorales telles les samburu ou les masaï à leur bétail. Ils s’attachent à leurs bêtes comme nous à nos enfants. Ces ethnies continuent comme jadis à mesurer leur richesse et réussite dans la vie en fonction du nombre de têtes qu’ils possèdent. Pendant mon séjour là bas, j’ai eu l’impression que, loin du contexte urbain, l’évolution des ethnies n’a pas trop changé depuis l’époque de la pré-colonisation. Faut dire que leurs gouvernants ne font rien non plus pour changer la situation. Ironie du sort, si ce n’était pas pour les initiatives privées, que resterait-il de la faune africaine de nos jours ? Espérons qu’elle puisse encore s’épanouir pendant de longues années. Pour moi c’est un énorme privilège d’avoir connu cela de si près.

    Aimé par 1 personne

  2. budpumba dit :

    le bétail mené par les bergers appartient bien souvent à l’élite politique (il n’y a pas de fiscalité sur le bétail, c’est un excellent investissement). Cela explique l’indulgence des rangers….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s