Tchad : Back In Black

16/10/17

L’information fait la Une des journaux spécialisés : Six rhinocéros noirs d’Afrique du Sud seront réintroduits au Tchad l’année prochaine.

Les Gouvernements du Tchad et d’Afrique du Sud ont signé le Protocole d’Entente, l’opération sera menée par la célèbre ONG African Parks qui gère le parc de Zakouma depuis déjà 7 ans. Les animaux seront transportés par avion dans le parc probablement entre avril et juin 2018.

tchad zakouma

Cela rappel, l’opération menée par la même ONG cette année, au Rwanda, là aussi pour réintroduire des rhinocéros noirs, j’en avais parlé ICI. L’on a d’ailleurs appris tout récemment la naissance d’un petit rhinocéros noir à Akagera, preuve que cette opération de réintroduction est un succès.

Mais, contrairement aux rhinocéros réintroduits au Rwanda, j’ai dans le cas de la réintroduction a Zakouma au Tchad, quelques objections et interrogations.

La raison en est simple. Contrairement au Rwanda, ce ne sera pas la sous- espèce d’origine qui sera réintroduite. Et pour cause, la sous-espèce rhinocéros noir de l’ouest (D. b. Longipes) qui peuplait le Tchad ainsi que tous les pays de l’Ouest Africain, a été déclarée éteinte en 2011. (Je vous invite à lire mon article sur la sombre histoire du rhinocéros noir).

rhinoceros sous espece

Le communiqué d’African Parks ne donne pas d’information quant à la sous-espèce qui sera introduite à Zakouma. L’Afrique du Sud possède sur son territoire des représentants des 3 sous-espèces encore existantes. le choix est donc large et a son importance. En effet, cette décision s’imposera à l’ensemble des pays Ouest Africains voulant à l’avenir réintroduire des rhinocéros noirs.

Si le choix me revenait, j’introduirais des rhinocéros noir de l’Est (D. b. Michaeli), le plus proche génétiquement de nos regrettés rhinocéros noir de l’ouest disparus. Cela pose pourtant quelques problèmes. Ces rhinocéros, si rares, devraient revenir sur leurs terres natales (Kenya) et pas ailleurs. De plus, ces rhinocéros noirs de l’Est sont élevés principalement dans la réserve de chasse de Thaba Thollo. Il n’est pas sûr que les donateurs d’African Parks souhaitent que leurs sous soient dépensés au profit de la plus grande réserve de chasse d’Afrique du Sud…

Un autre point me pause problème. C’est le faible nombre de rhinocéros réintroduits. Six individus c’est trop peu pour développer une population et bien trop faible pour éviter les risques de consanguinité à court terme. Lors de l’opération menée au Rwanda, dans le parc d’Akagera, c’était 10 individus qui ont été amenés (et 10 de plus programmés). De quoi créer dans ce cas une réelle population fondatrice. A Zakouma, je ne vois pas un tel objectif. Si c’est juste pour pouvoir annoncer: Zakouma est un parc « Big Five », mais qu’aucun projet à long terme n’est mené pour créer une véritable population viable de rhinocéros, alors je suis contre cette réintroduction.

zakouma
parc national de Zakouma

Dernier point problématique selon moi : le choix du parc de Zakouma. J’aime ce parc, il est probablement l’un des plus beaux parcs d’Afrique. Mais celui-ci cumule nombre de difficultés pour réussir une réintroduction. Le Tchad tout d’abord, n’est pas la plus grande des démocraties… Le pays a connu beaucoup de bouleversements politiques durant son histoire et rien ne garanti une stabilité à long terme nécessaire au bon développement d’une population de rhinocéros noirs. Le pays est coincé entre Boko Haram à l’Ouest, les Chebab venant l’Est, et les groupes armés au Sud. Il n’est certainement pas le plus sûr actuellement pour lancer une réintroduction de rhinocéros.

Enfin, le parc de Zakouma, par sa localisation et sa configuration est difficile à défendre face aux braconniers. Pendant plusieurs décennies, cette vaste plaine a été le théâtre de massacres de milliers d’éléphants, et cela ne s’est arrêté que très récemment (grâce au travail d’Africain Parks). Rien ne dit que ces massacres ne puissent pas reprendre dans les années à venir. Si l’objectif d’African Parks est de simplement mettre ces rhinocéros noirs dans un petit enclos surprotégé au milieu du parc, il est inutile de les déplacer, mieux vaut les laisser en Afrique du Sud.

Bref, est-il bien raisonnable d’effectuer cette réintroduction ? et tout cet argent ne serait-il pas mieux dépensé à protéger les rhinocéros sur leurs propres territoires actuels ?

Avec les années, Africans Parks se lance des défis de plus en plus difficiles et improbables : La sauvegarde du parc de la Garamba et de celui de Chinko, la prise de gérance de la Pendjari au Bénin, la réintroduction de guépards au Malawi ou de rhinocéros au Rwanda. J’ai toujours salué leurs initiatives et applaudi leurs succès.

Mais ces missions de plus en plus complexes nécessitent selon moi plus d’informations que de simples communiqués de presse de la part de African Parks.

Malgré mes critiques, qui je l’espère trouveront des réponses adéquates dans les mois qui viennent, je tiens à saluer une autre nouvelle qui porte sur Zakouma et African Parks et dont les journaux n’ont pas parlé.

Le gouvernement du Tchad a signé la semaine dernière avec African Parks un protocole d’accord pour la gestion et la protection des principales réserves périphériques de Zakouma soit  Siniaka Minia à l’Ouest, et Bahr -Salamat au Sud ainsi que les corridors fauniques adjacents pour créer le Grand Zakouma ! Une nouvelle extraordinaire qui permettra de rouvrir et protéger les routes migratoires des éléphants.

Le Grand Zakouma deviendra ainsi l’une des plus grandes zones protégées d’Afrique Centrale. Bonne chance à African Parks et continuez à nous étonner.

BUD PUMBA

Sources : African Parks

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Un Grand Zakuma est-il raisonnable compte tenu des zones instables qui bordent le pays et qui sont des « réservoirs à braconniers » ? S’il n’est déjà pas certain de pouvoir assurer la sécurité de 6 rhinocéros…

    J'aime

    1. budpumba dit :

      Coucou la Girafe ! me voila de retour (gt malade, gros rhum) Pour le moment African Parks a réussi a stopper le braconnage à Zakouma, Bravo a eux, pour cela ils ont perdu beaucoup de Rangers, ce fut très difficile. Il faut saluer le travail de Rian et Lorna Labuschagne ( Award for Conservation in Africa, 2017) pour leur boulot extraordinaire durant 7ans à Zakouma . (dommage qu’ils soient reparti au Serengeti) A présent la population d’éléphants remonte un peu, ils sont environ 500.(ils étaient 400 à l’arrivée d’African Parks) Mais l’on est loin des 4000 pachydermes qui peuplaient le parc en 2005 et des 15.000 d’il y a 40 ans. AP sont sûr de pouvoir protéger les 6 rhinocéros. Le problème est sur le long terme, African Parks ne sera pas toujours la…Le Grand Zakouma est selon moi une bonne nouvelle, les éléphants restant a Zakouma n’osent plus sortir du parc en saison sèche, il sera intéressant de voir si il retournent dans les forets de Siniaka Minia une fois la zone sécurisée.

      J'aime

  2. Salut Bud,
    Bon retour parmi nous, j’espère en pleine forme !
    Tu suivras j’imagine le lâcher de ces 6 rhinos à Zakouma et tu nous tiendras au courant, comme toujours.

    Aimé par 1 personne

    1. budpumba dit :

      Évidemment ! Des rhinocéros noirs en Afrique centrale si très de mon parc de cœur ( Boubandjida) je suivrai ça avec le plus grand intérêt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s